Impermanence subtile. Subtle impermanence

Année: 2013
Auteur: Ian Monk (*1960)
Artiste: Shirley Sharoff (*1936)

Shirley Sharoff, Ian Monk, Impermanence subtile. Subtle impermanence (2013), cassette dépliée.

Outre la forme, le thème de la ville joue un rôle important dans la création des livres d'artiste de Shirley Sharoff. Ce thème se retrouve, par exemple, dans son œuvre Bruits de la ville (2007), mais aussi dans Impermanence subtile (2013).

La ville comme thème

Sharoff relie ce thème principalement à son lieu de naissance, New York, une ville qui se caractérise, entre autres, par la diversité des personnes et des quartiers, le bruit de la ville, la foule, les déchets, les graffitis et les transports. Dans ses collages, elle utilise ses propres gravures en combinaison avec des cartes et des photographies de murs ou de bus urbains, mais aussi des objets trouvés, comme des sacs en plastique. Elle tente d'atteindre une cohérence pour que naisse un tout, mais les petites pièces du puzzle acquièrent leur propre sens et leur propre place au sein de celui-ci, comme des idéogrammes lumineux.

Un autre aspect est que la ville regorge de consignes d'utilisation : panneaux d'interdiction, panneaux de signalisation, limitations de vitesse, panneaux de danger. Selon Sharoff, ces "instructions sur la façon de vivre" semblent être destinées principalement aux analphabètes ; elle ne peut pas les prendre au sérieux et dans ses livres, elle transforme ces signes en éléments de jeu. Une deuxième catégorie de traces de la vie quotidienne a un caractère plus éphémère : affiches, graffitis, inscriptions, publicités, bouts de papier qui tombent sous la main. Elle les capture sur pellicule afin de les utiliser plus tard dans ses gravures. Tout comme l'artiste Matthew Tyson qui part à vélo à la recherche de l'inspiration, Shirley Sharoff se promène dans les rues de la ville. Elle tente de saisir avec humour les "petites subtilités de la vie moderne".


Un collage de déchets

L'un des livres typiques de Sharoff sur la ville est paru en 2013: Impermanence subtile. Le texte est en police Grotesque et a été imprimé dans le studio de Vincent Auger à Paris. Il s'agit d'un extrait du poème "Tri selon tri" du poète anglais Ian Monk (1960).

Le titre de ce fragment fait référence à une doctrine bouddhiste sur l'instabilité permanente de la vie. Le poète propose de remplacer quatre anciennes catégories par quatre nouvelles : les quatre éléments terre, air, eau, feu, ont fait leur temps. Ils seront remplacés par "du papier, du plastique, du verre" et "finalement, tout ce qui reste". Ces choses qui finissent dans leur propre poubelle". Dans le poème complet "Tri selon tri", il est d'ailleurs plus clair que cette quatrième catégorie est le "sac poubelle". Ce sac poubelle contient des restes de nourriture (épluchures de pommes de terre, serviettes de table tachées de ketchup), mais aussi des traces intimes (comme les couches-culottes et le vomi) qui, selon Monk, se mélangeront en un onguent sanitaire infernal pour les générations à venir.

La couverture présente un collage de photographies de Sharoff : un viaduc, une maison démolie, une boîte à œufs jetée, un ruban de signalisation errant, des déchets abandonnés. Les gravures montrent les habitants de la ville alors qu'ils sont en déplacement, sans s'arrêter pour rien. Sharoff a également découpé des silhouettes de personnes faisant du shopping dans du papier noir et les a collées ailleurs dans le livre. Les formes découpées sont colorées car la page du dessous est un collage d'étiquettes, d'emballages et de publicités.


Description bibliographique

Description: Impermanence subtile = Subtle impermanence / Ian Monk ; gravures et découpages, Shirley Sharoff ; traduit en anglais par Shirley Sharoff et Richard Pye Subtle impermanence. – [Paris] : [Shirley Sharoff], [2013]. – 21 pages non numérotés : illustrations. ; 21x34 cm.
Imprimeur: Atelier Vincent Auger (Paris)
Tirage: 35 exemplaires
Exemplaire: No. 6 de 35 sur papier Rives BFK grise
Note: Édition originale texte tiré du poème 'Tri selon tri' de Ian Monk ; imprimé en police Grotesque ; signé par l'artiste
Cotation: KW KOOPM P10049

Références bibliographiques

  • Paul van Capelleveen, 'Shirley Sharoff', dans: Artists & others. The imaginative French book in the 21st century. Koopman Collection, National Library of the Netherlands. Nijmegen, Vantilt Publishers, 2016, p. 180-185.
  • Paul van Capelleveen, Sophie Ham, Jordy Joubij, Voices and visions. The Koopman Collection and the art of the French book. The Hague, Koninklijke Bibliotheek, National Library of the Netherlands; Zwolle, Waanders, 2009.
  • Christophe Comentale, ‘Les Amazones’, dans: Art et métiers du livre, 249 (août-septembre 2005), p. 85.
  • Christophe Comentale, ‘Bruits: sons et images’, dans: Art et métiers du livre, 266 (mai-juin 2008), p. 87.
  • Christophe Comentale, ‘Shirley Sharoff, des livres à tenir debout et des estampes à voir assis’, dans: Art et métiers du livre, 231 (août-septembre 2002), p. 58-63.
  • Christophe Comentale, ‘Les vagues’, dans: Art et métiers du livre, 241 avril-mai 2004), p. 76.
  • Marie-Paule Peronnet, ‘La marelle à trois temps’, dans: Art et métiers du livre, 271 (mars-avril 2009), p. 87.
  • Françoise Séloron, ‘Shirley Sharoff. L’art des signes urbains’, dans: Nouvelles de l’estampe, 202 (novembre 2005), p. 67-69.
  • ‘Shirley Sharoff. Signes de vie’ [site web]: http://shirleysharoff.free.fr/.